PRÉSENTATION

Le drame linguistique marocain

Fouad LAROUI

ESSAI

Format : 14 x 21 cm
Reliure : broché
Pagination : 192 pages
ISBN : 978-2-914773-38-6
Prix : 19,50 €

L'OUVRAGE

Ils ont tout de même la vie dure ces Marocains ! Imaginez être confronté, dès votre naissance, à plus de trois langues cohabitant sans heurts, ou presque. L’Arabe classique, commun à tous les pays arabes et plutôt langue de l’écrit, y est légion depuis des siècles, mais l’arabe dialectal, communément appelé Darija, est la langue de l’oralité. Sans oublier le français, héritage du protectorat, et le berbère.

Alors quelle langue pour la poésie ou la littérature marocaine ? les échanges au coin de la rue, à l’école ou encore au sein des administrations ? De cet imbroglio, un drame linguistique se dessine-t-il ? C’est à cette épineuse question que propose de répondre cet essai ambitieux et érudit. Et si la Darija, langue vivante, utilisée dans la vie quotidienne, professionnelle voire même par les instances offi cielles venait ébranler l’hégémonie de l’Arabe classique ?

La réponse n’est pas si simple. La preuve en est : ce pavé dans la mare de la linguistique chérifi enne est écrit en français par un marocain arabophone, instruit au lycée français et donnant aujourd’hui des cours en néerlandais après avoir vécu en Angleterre !

“Un pamphlet qui va susciter
débats et polémiques...”

L'AUTEUR

Parfait quadrilingue Fouad Laroui, professeur de Littératures francophones à l’Université d’Amsterdam, est tour à tour romancier, essayiste, chroniqueur, avec une douzaine d’ouvrages à son actif (la plupart chez Julliard). Le drame linguistique marocain est le troisième ouvrage qu’il publie chez Zellige, après Des Bédouins dans le Polder (2010) et Chroniques des temps déraisonnables (2007).

LE PLUS

Cet ouvrage pourrait concerner tous les pays arabes, où l’arabe classique cohabite avec un arabe dialectal, et suscitera à coup sûr une énorme polémique. Toucher à la langue arabe classique et proposer qu’elle puisse être remplacée par le dialecte local, écrit de surcroit en caractères latins comme le suggère Fouad Laroui, fera fi gure de blasphème, et pas seulement pour les arabophones purs et durs !

Facile d’accès pour les non initiés à langue arabe, ce pamphlet original et érudit (l’auteur travaille depuis trois ans sur le sujet) permet de mieux appréhender ce qui ce joue aujourd’hui chez nos proches voisins. On aimera, à la lecture de cet ouvrage, comprendre les ambigüités de la société marocaine et y découvrir l’héritage important mais non moins essentiel de la langue arabe, parmi les plus belles du monde.

L'AUTEUR

Fouad LAROUI

Fouad Laroui est né au Maroc en 1958.

Ingénieur civil des Ponts et Chaussées, docteur en sciences économiques, il a enseigné dans différents pays l’économétrie puis les sciences de l’environnement. Après avoir assuré trois ans le cours de culture arabe à l’université d’Amsterdam, il y enseigne aujourd’hui les littératures française et francophone.

Stacks Image 3234
Stacks Image 3237
Stacks Image 3243
Stacks Image 3246

LES MÉDIAS EN PARLENT

Stacks Image 1479

LE COURRIER DE L'ATLAS

Article paru en avril 2013.

 
 

PLUS

Zone de téléchargement

Couverture

4de couverture

Photographie
de l'auteur

 
 
Stacks Image 143

Le choix du nom de Zellige*,
que l’on peut rapprocher de mosaïque,
symbolise notre volonté affirmée
d’échanges, de partenariat
et d’ouverture.

* Zelliges : motifs constitués
de morceaux de briques émaillés
décorant les monuments ou
les intérieurs dans le monde arabe.